En 1994, le Vietnam s'est depuis quelques années déjà ouvert au tourisme. Pour des tas de bonnes ou de mauvaises raisons, j'ai repoussé ce voyage. J'avais tort, le pays et ses habitants sont aussi fantastiques que déconcertants.
Région mythique, s'il en est, le nord-est avec la baie d'Halong, l'Archipel des Cat Ba, simplement sublime !
Sur l'archipel, des milliers de familles vivent à l'année sur leurs navires. Pécheurs, les hommes partent en campagne, parfois durant plusieurs mois.
Les possibilités d'hébergement étaient rares, mais au vu du nombre d'hôtels en construction, j'imagine que le problème n'est plus d'actualité.
Haiphong, le grand port industriel du Golfe du Tonkin. Ici, la vie ne s'arrête jamais. Près du port, les gargotes sont ouvertes jour et nuit.
Le train, parfait pour les longues distances. Si le confort est spartiate, le voyage offre l’occasion de se colleter avec la vie quotidienne, de faire connaissance.
La pudeur vietnamienne n’est pas un vain mot, dans le nord en particulier, mais la soif de connaître, de savoir, d’apprendre, bref, la curiosité est une qualité largement partagée.
Si vous n’aimez pas la cuisine du bord, durant les nombreux arrêts les marchandes sur les quais auront certainement de quoi vous satisfaire.